Les enfants et les jeux

“Un enfant qui ne joue pas, c’est un adulte qui ne saura pas penser.” – Jean CHATEAU
Le jeu est une activité indispensable, qui permet un développement moteur, psychologique et sensoriel harmonieux. A travers le jeu, l’enfant découvre, apprend, se concentre, cherche à communiquer. C’est plus qu’un passe-temps amusant, c’est un moyen irremplaçable de s’exprimer et de se développer sur le psychologique. C’est une thérapie à elle seule.
enfant jeu
Le jeu a toujours existé, depuis la nuit des temps. Il a beaucoup changé aussi. De nos jours, les enfants semblent avoir délaisser les jeux de nos ancêtres au profit des consoles de jeux, pas souvent bénéfiques. L’importance du jeu réside dans sa capacité à nourrir l’esprit de l’enfant, dans le sens où il développe son imagination, condition première de la créativité. Or, les jeux vidéo tue l’imagination. L’enfant est bombardé de partout, par des images et des sons qu’il subit sans avoir la chance de changer le cours des choses.

Quels seraient alors les jouets idéaux ?
Il existe deux sortes de jeux : le jeu en solitaire et le jeu avec les pairs.
Pour le jeu en solitaire, il ne faut pas trop se casser la tête. Les jeux de constructions classiques (Lego, Mécano…) sont idéaux. De plus, les figurines de soldats et d’animaux ont toujours la cote parmi les enfants. Pour les filles, la poupée et ses accessoires reste incontournables. Mais plus c’est simple, mieux ca vaut. On retrouve sur le marché des poupées très sophistiquées qui risquent de ne pas être ce qu’il y a de mieux. Il faudrait opter pour celles où la jeune fille aura la capacité de lui fabriquer elle-même habits et accessoires.

Pour ce qui est du jeu avec les pairs, là aussi les jeux traditionnels sont de mises : la marelle, les billes, ballon chasseur…tout ce qui permet la compétitivité constructive, celle qui donne aux enfants la chance et l’opportunité de liquider les conflits entre eux. Il ne faut pas avoir peur de voir les enfants se disputer ou devenir un peu “agressif”. Ces réactions sont normales et leur permettent de vider leur agressivité pour une meilleure sérénité. Il est sans dire qu’une surveillance vigilante mais non intrusive reste essentielle.

“Un enfant qui ne joue pas, c’est un adulte qui ne saura pas penser.” – Jean CHATEAU

Pour terminer, je citerai Stuart Brown, l’un des plus influant psychologues américains. Dans une de ses dernières conférences, il montre l’importance du jeu à tous les niveaux, à tout âge et chez toutes les race (humaine ou animale) ! Tout âge ? Oui, même les adultes, SURTOUT les adultes. Ils devraient consacrés plus de temps au jeu. L’absence de jeu mène une vulnérabilité au stress, voire à la dépression. De plus, Brown relate un problème confronté dans une des universités (http://www.ted.com/talks/stuart_brown_says_play_is_more_than_fun_it_s_vital.html). En effet, un docteur enseignant une matière à la faculté de génie mécanique, à remarquer chez certains de ses étudiants, pourtant brillants, des difficultés pour résoudre des problèmes. Après une enquête sur les possibles causes du problème, ce professeur a remarqué que ces étudiants n’avaient pas eu la chance de “jouer avec leurs mains” dans leur enfance, donc, ils n’ont pas eu la chance de développer leur créativité. Du coup, la Nasa et Boeing, avant de recruter des ingénieurs, s’assurent que les postulants ont déjà travaillé la mécanique (arranger des moteurs avec leurs mains), ont joué avec leurs mains dans leur enfance, pour éviter tout genre de blocage.

Christiane Chiha – Psychologue‏

Share on Facebook
TAGS: , , , , ,

0 Comments



You can be the first one to leave a comment.

Leave a Comment